Rue

J'ai commencé le graffiti à la fin des années 90, à Toulouse.

Cet univers me fascinait... la nuit, l'adrénaline, l'odeur de la peinture et surtout, surtout, les gens. Ces moments conservent encore une saveur très particulière à mes yeux.

Ces années là, étaient les années flamboyantes de l'Ecole Toulousaine de Graffiti. Le TG (Obêtre, l'Atlas...), la True School (Fafi, Tilt, Ceet...), Miss Van, Sike... et bien d'autres, sont passés par là.

Nous, on étaient surexcités!

Mais pour ma part, j'ai toujours eu la trouille, et j'ai donc sagement choisi les études, pendant lonnnnnntemps.

Pourtant, le virus était bien trop profondément inoculé, et régulièrement l'envie d'y retourner me titillait.

J'ai donc replongé...  avec le collage.

Parce qu'il permet de prendre son temps tranquillement chez soit, et de ne pas devenir cardiaque trop jeune...